Retour à www.bahai.com

1- 800 - 22 - UNITE

Pour plus d'information sur la Foi Bahá'íe aux Etats Unis

Bienvenue à la  revue LES BAHÁ'ÍS-- hébergé par www.bahai.com

Un regard sur la Communauté Mondiale de la Foi Bahá'íe

Précédente Accueil Suivante


A propos de :

La Revue Les Bahá'ís


Accueil :
Page de Couverture

Sommarie : Sommario
bullet.gif (837 bytes) Les Bahá'ís
bullet.gif (837 bytes) L'Unité dans la
diversité
bullet.gif (837 bytes) Bahá'u'lláh
bullet1.gif (837 bytes) Religion, éthique et
société
bullet1.gif (837 bytes) Les principes
spirituels
bullet1.gif (837 bytes) Un système 
d'organisation
mondiale
bullet1.gif (837 bytes) Le chemin parcouru
en un siècle
bullet1.gif (837 bytes) Vieux problèmes et
solutions nouvelles
bullet1.gif (837 bytes) Vers un nouvel ordre
mondial

Le projet du Chaco

En Bolivie, les Bahá'ís entreprennent ou parrainent plusieurs projets distincts, comme le Centre Dorothy Baker d'études environnementales qui a aidé Primo Pasci à créer une école maternelle dans son village éloigné sur l'altiplano.   Dans les plaines du sud-est de la Bolivie, région que l'on appelle le Chaco, les Bahá'ís collaborent à un projet destiné à éduquer et à informer une population d'agriculteurs pauvres, longtemps délaissés ; dans le cadre d'un programme de formation technique et d'organisation communautaire, des idéaux spirituels sont transmis.

Ce Projet Chaco, comme on le désigne simplement, s'appuie sur les principes d'autonomie qu'encouragent les Bahá'ís. Bien que la formation offerte dans le cadre du projet soit surtout technique -par exemple, comment cultiver des agrumes résistants aux moisissures, planter du blé riche en protéines ou vacciner du bétail, elle vise également les techniques d'organisation communautaire et de décision au niveau local, comme la consultation. L'objectif est d'arriver à l'autosuffisance par la prise de conscience collective afin de réduire la dépendance aux conseils extérieurs.

Un aspect important de cette approche est l'introduction de principes moraux dans les programmes de formation. "Si les gens sont malhonnêtes, la formation à la comptabilité leur permettra simplement d'être un peu plus malhonnêtes," dit Garth Pollack, qui a dirigé le projet entre 1968 et 1990. "C'est pourquoi, nous parlons d'honnêteté, de service et d'unité de la communauté."

"Tout homme de bon sens qui marche sur la terre s'étonne à la pensée que la source de sa prospérité, de sa richesse, de sa puissance, de son exaltation, de son progrès et de son pouvoir est, selon la volonté de Dieu, cette terre même que tous les hommes foulent aux pieds"   Bahá'u'lláh

Un aspect essentiel du projet consiste à lancer une nouvelle conception du "leadership" conception largement fondée sur les principes bahá'ís. "Notre approche est enracinée dans l'idée que nous faisons tous partie d'une seule famille humaine", dit Ken Roedell, directeur du projet.

"Nous essayons d'inciter les populations à servir leurs propres communautés. Notre définition d'un "leader" est la suivante: celui qui sert plutôt que celui qui est servi."


Réseau de soins de santé primaire en Afrique

Au Tchad, les Bahá'ís ont établi un réseau de soins de santé primaires qui touche certains des villages les plus reculés de ce pays. Basé à Sarh, le réseau se compose d'indigènes formés aux techniques élémentaires des premiers soins de santé : comment vacciner, donner les soins de première urgence, soigner les diarrhées infantiles mortelles et que faire en cas de poussée de paludisme.

" Juge équitablement, je t'en conjure par Dieu.... Si tu nies mon existence, comment peux-tu revendiquer la réalité de ce que tu possèdes ?"   Bahá'u'lláh

Le projet s'appuie sur l'effectif relativement important de Bahá'ís de la région; par l'intermédiaire de leurs Assemblées spirituelles locales, ils constituent le réseau de communications nécessaire pour mener à bien le projet. Les agents sanitaires de villages bahá'ís travaillent eux-mêmes à titre bénévole après avoir été sélectionnés par leur communauté locale. Ils ont appris non seulement à donner les premiers soins, mais aussi que servir les autres est une forme de prière.

La consultation avec leur Assemblée spirituelle locale tend à renforcer le désir des bénévoles de servir la communauté et encourage cette dernière à améliorer l'état de santé de la population. Cette combinaison de facteurs a permis de diminuer le taux d'abandon des agents sanitaires de la communauté bahá'íe au Tchad et dans plusieurs autres pays africains, ce qui n'est pas le cas de programmes menés par d'autres organismes de santé.

"Dans certains pays africains, le taux d'abandon des programmes lancés par le gouvernement est, d'une manière générale de 40% à 70%", dit le Dr Ethel Martens, spécialiste canadienne de santé et membre de la communauté bahá'íe qui a travaillé avec certaines communautés nationales et locales bahá'íes en Afrique et en Asie. "En ce qui concerne les projets bahá'ís, le taux correspondant en deux ans a été de deux à cinq pour cent. Au Kenya, par exemple, deux travailleurs sur 40 ont abandonné. En Zambie, la proportion est de un sur 19. La grande différence des projets gérés par les Bahá'ís tient à l'utilisation de méthodes de formation en ateliers."

"Renoncer à vos propres soucis, et que toutes vos pensées se concentrent sur ce qui est propre à rétablir les affaires de l'humanité et à sanctifier les âmes et les cœurs"   Bahá'u'lláh

Bahá'u'lláh a indiqué clairement comment oeuvrer au changement et au progrès social. Il a souligné en particulier la priorité des actes sur les mots. "Renoncez à vos soucis personnels, et que toutes vos pensées se concentrent sur ce qui est propre à rétablir la prospérité de l'humanité et à sanctifier les âmes et les cœurs", a écrit Bahá'u'lláh, "Vous y parviendrez par des actes purs et saints, une vie vertueuse et une excellente conduite."

Lorsque cette idée de service désintéressé est associée à l'idéal de société et aux principes administratifs préconisés par les Bahá'ís, il en ressort un nouveau modèle d'action et de progrès social. Ce modèle inclut le processus de la consultation pour construire le consensus et l'unité de la communauté, met l'accent sur l'autonomie et l'autosuffisance, dans la mesure du possible, et préconise une approche holistique et "de conception globale" pour comprendre un problème et ses causes.

Outre la recherche directe de solutions aux grands problèmes de notre temps comme l'environnement, l'éducation et la santé, les activités menées par les Bahá'ís dans le domaine du développement visent avant tout à revigorer l'esprit humain et à éliminer les obstacles à une coopération fructueuse et harmonieuse entre les hommes et les femmes, quelles que soient leur religion, leur nationalité ou leur origine ethnique.

Suivante:


"Extrait de la brochure Les Bahá'ís, publiée par la Communauté Internationale  Bahá'íe".


Précédente  |  Vers le haut   |  Suivante

Le site miroir de la revue Les Bahá'ís


Le projet de Chaco en Bolivie vise à encourager l'autonomie en offrant une formation non seulement aux nouvelles techniques agricoles mais aussi à la prise de décision communautaire. Andrès Fernandez, à gauche, et Rufino Tejerina, ont tous deux suivi des ateliers financés par le projet. Ils se tiennent devant une petite structure en bambou et feuilles de bananier destinée à protéger les plantations d'agrumes contre le soleil - technique apprise dans le cadre du projet.

Un cours du projet Chaco, en Bolivie.

Distribution géographique des projets de développement économique et social.

Classe de formation financée par les Bahá'is pour les travailleurs sanitaires d'un village au Tchad, Afrique.

Les communauté bahá'ies administrent un certain nombre de stations de radio basse fréquence comme celle que l'on voit içi en Equateur et qui vise les régions longtemps restées ignorées par les radios commerciales. Ces stations diffusent toutes sortes de programmes musicaux, culturels, éducatifs et locaux. Elles donnent souvent des conseils dans les domaines de l'agriculture ou de la santé. A l'heure actuelle, il existe sept stations de radio bahá'ies : cinq en Amérique latine, une en Amérique du Nord et une en Afrique. Les cinq stations d'Amérique latine diffusent toutes leurs émissions dans les langues indigènes, ce qui permet de maintenir l'identité culturelle de chaque région.

 


 

 

 

 

© Depuis 1997 www.bahai.com

Merci de votre visite