Retour à www.bahai.com

1- 800 - 22 - UNITE

Pour plus d'information sur la Foi Bahá'íe aux Etats Unis

Bienvenue à la  revue LES BAHÁ'ÍS-- hébergé par www.bahai.com

Un regard sur la Communauté Mondiale de la Foi Bahá'íe

Précédente Accueil Suivante


A propos de :

La Revue Les Bahá'ís


Accueil :
Page de Couverture

Sommarie : Sommario
bullet.gif (837 bytes) Les Bahá'ís
bullet.gif (837 bytes) L'Unité dans la
diversité
bullet.gif (837 bytes) Bahá'u'lláh
bullet1.gif (837 bytes) Religion, éthique et
société
bullet1.gif (837 bytes) Les principes
spirituels
bullet1.gif (837 bytes) Un système 
d'organisation
mondiale
bullet1.gif (837 bytes) Le chemin parcouru
en un siècle
bullet1.gif (837 bytes) Vieux problèmes et
solutions nouvelles
bullet1.gif (837 bytes) Vers un nouvel ordre
mondial

`Abdu'l-Bahá à Paris

Grâce à l'heureuse initiative d'une Américaine, Mme Phoebe Hearst, le 10 décembre 1898, une quinzaine d'occidentaux, de haut niveau culturel et social, résidant à Paris, arrivèrent en pèlerinage à Saint-Jean-d'Acre, pour rencontrer Abdu'l-Bahá, dans la ville-prison, où le retenait encore le gouvernement ottoman, maître de la Palestine. Cette rencontre confirma et précisa les projets de voyages que Abdu'l-Bahá réalisa en Europe 12 ans plus tard, quand les événements politiques le rendirent enfin libre de ses mouvements.

Le 5 octobre 1911, le Maître arrivait à Paris, pour un premier séjour de 7 semaines. Il y revint ensuite encore deux fois, en 1913.

Deux personnes ont joué un rôle prépondérant pour préparer le terrain d'accueil et le séjour de Abdu'l-Bahá à Paris : Laura Barney, une Américaine et Hippolyte Dreyfus, jeune avocat français qui, séduit par le message bahá'í, avait entrepris, dès son retour de Terre-Sainte, d'apprendre l'arabe et le persan afin de traduire et publier en français une partie des œuvres de Bahá'u'lláh. En 1905, le Livre de la Certitude, était paru aux éditions Ernest Leroux. En 1909, Les Leçons de Saint-Jean-d'Acre, recueil de "Questions-réponses" pour lequel Laura Barney avait fait de nombreux séjours à Saint-Jean-d'Acre, chez Abdu'l-Bahá, avaient ouvert aux chercheurs les portes du dialogue Orient-Occident, dans une langue simple et rationnelle.

La publication de ce livre, juste deux ans avant la venue de Abdu'l-Bahá à Paris a joué un double rôle: d'une part, l'effet de sa publication a aidé le groupe de fidèles chargés d'organiser le séjour du Maître à identifier les catégories de personnes intéressées aux questions spirituelles, d'autre part, la collaboration d'Hippolyte et de Laura, penchés sur la traduction de cet ouvrage leur avait fait découvrir leur penchant mutuel; leur mariage, en juillet 1911, précéda de trois mois l'arrivée de Abdu'l-Bahá. Ils s'installèrent 15 rue Greuze, dans le secteur du Trocadéro. Plusieurs Bahá'ís habitaient dans le voisinage, également. Dès son arrivée, Abdu'l-Bahá fut conduit à l'appartement loué pour lui, au 4 avenue de Camoens, bel immeuble neuf, entresol, grand salon pour une centaine de personnes, un bureau pour le Maître, tout le confort. Les Dreyfus-Barney avaient mis tout leur cœur et leur compétence pour organiser le séjour parisien du Maître bien-aimé.

En 1903, le 6 octobre, le grand quotidien parisien, Le Temps, avait déjà publié un article sur le Babisme et le Bahaïsme, une simple demi-colonne, non signée, mais objective et bienveillante. Le 3 novembre, 1911, dix-huit jours après l'arrivée de 'Abdu'l-Bahá, Le Temps lui consacrait trois colonnes, sous la plume de Jean Lefranc. Les extraits suivants donnent bien la mesure de la prestance de ce personnage exceptionnel et du charme qu'il dégageait :

"Dans un logis de l'aristocratie, avenue de Camoens, à l'ombre du Trocadéro et de la Tour Eiffel, Abdu'l-Bahá reçoit chaque jour ses disciples. C'est un noble oriental à la longue barbe blanche, coiffé d'un turban blanc et vêtu d'une ample robe vert olive. Il ne parle que le persan mais sa voix est douce, et M. Hippolyte Dreyfus qui traduit en fervent bahá'í ses paroles exprime avec une éloquence fidèle la saveur biblique de son langage inspiré...."

"...J'ai entendu Abdu'l-Bahá, l'autre soir chez les Théosophes... Le lendemain je fus reçu chez lui...dans son cabinet de travail, il me prit les mains et les garda longtemps dans les siennes. Il me dit que la presse était une des plus grandes puissances du monde... Le visage vénérable de Abdu'l-Bahá, où brillent ses yeux jeunes, exprime l'intelligence et la bonté. Il est paternel, affectueux et simple; il inspire confiance et respect. Son pouvoir divin lui vient sans doute de savoir aimer les hommes et de savoir se faire aimer d'eux...." Et le journaliste de conclure : "Oh, que les religions sont belles quand elles ne sont pas encore !"

"Le jardin qui réjouit les yeux et le cœur est celui où poussent côte à côte des fleurs de toutes les couleurs, de toutes formes et de tous parfums. C'est cet heureux contraste de couleurs qui en fait le charme et la beauté!...Il devrait en être ainsi des enfants des hommes. Les différences au sein de la famille humaine devraient être cause d'amour et d'harmonie"

Extrait des Causeries de Abdu'l-Bahá à Paris

Suivante:


"Extrait de la brochure Les Bahá'ís, publiée par la Communauté Internationale  Bahá'íe".


Précédente  |  Vers le haut   |  Suivante

Le site miroir de la revue Les Bahá'ís


Abdu'l-Bahá à Paris
`Abdu'l-Bahá à Paris en 1913.


 

 

 

 

© Depuis 1997 www.bahai.com

Merci de votre visite