Retour à www.bahai.com

1- 800 - 22 - UNITE

Pour plus d'information sur la Foi Bahá'íe aux Etats Unis

Bienvenue à la  revue LES BAHÁ'ÍS-- hébergé par www.bahai.com

Un regard sur la Communauté Mondiale de la Foi Bahá'íe

Précédente Accueil Suivante


A propos de :

La Revue Les Bahá'ís


Accueil :
Page de Couverture

Sommarie : Sommario
bullet.gif (837 bytes) Les Bahá'ís
bullet.gif (837 bytes) L'Unité dans la
diversité
bullet.gif (837 bytes) Bahá'u'lláh
bullet1.gif (837 bytes) Religion, éthique et
société
bullet1.gif (837 bytes) Les principes
spirituels
bullet1.gif (837 bytes) Un système 
d'organisation
mondiale
bullet1.gif (837 bytes) Le chemin parcouru
en un siècle
bullet1.gif (837 bytes) Vieux problèmes et
solutions nouvelles
bullet1.gif (837 bytes) Vers un nouvel ordre
mondial

L'Assemblée spirituelle nationale

Les Assemblées nationales et l'Assemblée internationale appliquent les mêmes règles en ce qui concerne les élections et la prise de décision.

Les Assemblées nationales, connues sous le nom d'Assemblées spirituelles nationales, se forment dès qu'il existe une base suffisante de communautés bahá'íes locales dans un pays ou territoire donné.

En conséquence, le nombre des Assemblées spirituelles nationales a augmenté en même temps que la Foi s'est développée. En 1954, par exemple, il n'y avait que 12 Assemblées spirituelles nationales. En 1992, on en comptait 165 dans le monde, c'est-à-dire dans presque chaque pays.

Les élections des Assemblées spirituelles nationales se déroulent selon le même principe que les Assemblées spirituelles locales. Les candidatures sont interdites, ainsi que les campagnes électorales ; on tient compte des qualités morales et ce sont les hommes et les femmes qui ont recueilli le plus de voix qui sont élus.

Ici, cependant, les électeurs sont délégués à une Convention nationale et ils peuvent voter pour tout adulte bahá'í résidant dans le pays. Ces délégués sont choisis chaque année à scrutin secret par les adultes bahá'ís qui résident dans une unité électorale bien définie, mais ils représentent tout le pays.

De même que les hommes et les femmes qui travaillent pour les Assemblées spirituelles locales s'occupent des affaires de la communauté d'une localité municipale, de même les Assemblées spirituelles nationales sont chargées de l'orientation et de la coordination des activités bahá'íes dans un pays donné. Leurs tâches vont de la mise en oeuvre et de l'administration de projets de développement économique et social de grande envergure à l'édition de livres, l'entretien des relations avec leurs gouvernements nationaux respectifs et la coordination de la collaboration avec d'autres groupes religieux et organisations non gouvernementales.

A l'image des conseils bahá'ís locaux, les Assemblées Spirituelles Nationales bénéficient des conseils des membres des' institutions d'orientation autorisées de l'ordre administratif bahá'í. De méme que pour leurs homologues locaux, ce sont les Assemblées Nationales qui exercent le pouvoir de décision, tout en accordant une attention spéciale aux conseils qui leur sont prodigués.


La Maison Universelle de Justice

A la tête de la structure administrative bahá'íe se trouve la Maison Universelle de Justice. Composée de neuf membres, la Maison Universelle de Justice est élue tous les cinq ans par l'ensemble des membres des Assemblées spirituelles nationales qui gouvernent le monde bahá'í.

Le processus d'élection est le même que pour les Assemblées locales et nationales ; il n'y a pas de candidature et les campagnes électorales sont interdites; les neuf personnes qui obtiennent le plus grand nombre de voix sont élues. Comme pour les élections locales et nationales, les électeurs ne doivent prendre en compte que les individus dont les qualités intellectuelles et spirituelles sont reconnues.

Le processus d'élection est l'expression vivante des idéaux démocratiques. Tout en étant une institution internationale, la Maison Universelle de Justice est étonnamment proche de la base de la communauté. L'élection finale n'est qu'au troisième degré par rapport à l'électeur de base : tout adulte bahá'í peut participer à l'élection d'un ou plusieurs délégués de "son unité électorale"; à leur tour, ces délégués élisent les membres de leurs Assemblées spirituelles nationales qui élisent enfin la Maison Universelle de Justice.

Bahá'u'lláh lui-même a institué la Maison Universelle de Justice laquelle occupe un rang unique dans l'Ordre administratif bahá'í. Les Bahá'ís pensent que ses décisions en matière spirituelle sont infailliblement guidées par Dieu.

La Maison Universelle de Justice est habilitée à légiférer sur toutes les questions que Bahá'u'lláh lui-même n'a pas traitées. Si par exemple le développement d'une nouvelle technologie pose un problème moral inconnu du temps de Bahá'u'lláh, il incombe à la Maison Universelle de voir comment résoudre la question. Les Bahá'ís croient donc que la Foi bahá'íe continuera à être guidée par Dieu jusqu'à la prochaine Manifestation qui, selon Bahá'u'lláh ne devrait pas se produire avant au moins mille ans.

Il est intéressant de noter que, comme les membres des Assemblées nationales et locales, les membres de la Maison Universelle de Justice n'ont aucun pouvoir ni autorité propres - aussi respectés et honorés soient-ils en tant qu'individus. Ce n'est que lorsqu'ils sont ensemble, officiellement réunis en tant que Maison

Universelle de Justice, qu'ils sont considérés comme recevant l'inspiration divine. Le culte de la personnalité est ainsi évité.

L'accent mis sur la direction collective contre le pouvoir individuel se retrouve à tous les échelons du systéme administratif bahá'í. Ce sont les Assemblées Spirituelles et non les individus qui établissent la politique à suivre et prennent les décisions qui pésent sur la vie de la communauté.

"Le but de la justice est de faire apparaître l'unité entre les hommes. L'océan de la divine sagesse surgit de ce mot magnifique tandis qu'aucun livre au monde ne peut lui rendre sa signification profonde"  Bahá'u'lláh

Ces décisions, toutefois, sont profondément influencées par les conseils prodigués par les membres d'un groupe d'institutions d'orientation qui font partie intégrante de l'ordre administratif bahá'í. Choisis pour leurs remarquables qualités personnelles et leur mûre compréhension de la Foi, ces hommes et ces femmes sont nommés à la fois pour conseiller les organes décisionnels de la communauté et pour encourager et stimuler les membres de la Foi, individuellement.A

Suivante:


"Extrait de la brochure Les Bahá'ís, publiée par la Communauté Internationale  Bahá'íe".


Précédente  |  Vers le haut   |  Suivante

Le site miroir de la revue Les Bahá'ís


Le nombre des Assemblées nationales bahá'íes ne cesse d'augmenter  en même temps que la Foi se répand dans le monde.

Les membres de la première Maison Universelle de Justice, élus en 1963.


 

 

 

 

© Depuis 1997 www.bahai.com

Merci de votre visite