Retour à www.bahai.com

1- 800 - 22 - UNITE

Pour plus d'information sur la Foi Bahá'íe aux Etats Unis

Bienvenue à la  revue LES BAHÁ'ÍS-- hébergé par www.bahai.com

Un regard sur la Communauté Mondiale de la Foi Bahá'íe

Précédente Accueil Suivante


A propos de :

La Revue Les Bahá'ís


Accueil :
Page de Couverture

Sommarie : Sommario
bullet.gif (837 bytes) Les Bahá'ís
bullet.gif (837 bytes) L'Unité dans la
diversité
bullet.gif (837 bytes) Bahá'u'lláh
bullet1.gif (837 bytes) Religion, éthique et
société
bullet1.gif (837 bytes) Les principes
spirituels
bullet1.gif (837 bytes) Un système 
d'organisation
mondiale
bullet1.gif (837 bytes) Le chemin parcouru
en un siècle
bullet1.gif (837 bytes) Vieux problèmes et
solutions nouvelles
bullet1.gif (837 bytes) Vers un nouvel ordre
mondial

Un système d'organisation mondiale
L'ordre administratif bahá'í

Conformément au cadre fixé par Bahá'u'lláh, les Bahá'ís ont, pour gérer leurs affaires, établi un système original d'assemblées librement élues qui bousculent les idées reçues sur les limites de la démocratie.

On peut définir le vingtième siècle en une phrase : une longue et unique recherche d'organisation mondiale. Ces 90 dernières années, la question-clé, sous-jacente aux mouvements, conflits et institutions les plus en vue, a été la suivante: comment l'humanité doit-elle s'organiser ?

Au début du siècle, la monarchie absolue a été mise en cause ; la Première Guerre mondiale a démantelé ses dernières institutions. La Deuxième Guerre mondiale a réglé la question du fascisme et a donné le coup de grâce au colonialisme. Aujourd'hui, la plus ambitieuse de toutes les expériences, le communisme, vient également d'être discréditée.

Seule la démocratie demeure. Mais quelle démocratie? Bien que nettement supérieure à tout autre système conçu à ce jour, la démocratie, telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui, connaît ses propres difficultés.

A l'Ouest, malgré ses succès, le multipartisme semble de plus en plus faire la preuve de ses limites. Dans de nombreux pays, la corruption, le dénigrement, les campagnes négatives, le vote faussé et l'indifférence ont provoqué un tel désintérêt des électeurs que toute l'intégrité du système se trouve menacée.

A l'Est, les premiers balbutiements de la démocratie sont menacés par une foule de problèmes et de pressions, dont le manque d'expérience, les tensions ethniques séculaires et les aspirations culturelles opposées ne sont pas les moindres.

De plus en plus de personnes se demandent quelle forme de gouvernement est encore viable aujourd'hui.

En marge de ce débat, s'inscrit l'extraordinaire alternative actuellement développée par la communauté mondiale bahá'íe. Le système administratif qui lui sert à gérer ses affaires a été conçu par Bahá'u'lláh dans ses écrits pour donner corps aux principes sociaux qu'il a enseignés. En fait, I'idée qu'il existe un modèle divin d'administration permanente de la Foi bahá'íe est aussi essentielle à la définition de sa croyance et de sa pratique que les doctrines spirituelles et sociales de Bahá'u'lláh.

" Dans quelque pays que ces gens résident, il doivent se comporter envers le gouvernement de ce pays avec loyauté, honnêteté et fidélité"     Bahá’u’lláh

Le pouvoir de décision dans les affaires de la communauté revient à des conseils d'administration librement élus aux échelons local, national et international. Bien que partageant de nombreuses similitudes avec d'autres pratiques électorales démocratiques, l'administration et la gestion bahá'íes des affaires publiques contrastent fortement, dans leur ensemble, avec les modèles actuels. Le système des élections, par exemple, exclut toute forme de propagande électorale ou de nomination, tout en offrant à chaque électeur, pris individuellement, le choix le plus large possible de candidats.

La façon dont les conseils prennent des décisions est tout aussi originale. La méthode adoptée est dépourvue d'esprit de confrontation, et se fonde sur la recherche d' un consensus communautaire qui rassemble les intérêts des électeurs, au lieu de les dresser les uns contre les autres.

Les étudiants en histoire et théorie politiques modernes trouveront particulièrement intéressant l'équilibre maintenu dans le système entre la liberté d'expression individuelle et la recherche du bien commun.


Expression individuelle

Le message de Bahá'u'lláh s'adresse non seulement à l'humanité en tant que collectivité mais à la conscience de chaque individu. "Soyez vigilants aux besoins de votre époque", exhorte-t-il, "et concentrez vos délibérations sur ses nécessités et sur ses exigences." La personne humaine est dotée de facultés morales, intellectuelles et spirituelles essentielles au progrès de la civilisation. Il est donc tout aussi impérieux pour la gestion des affaires humaines de libérer ces potentialités créatrices de l'âme rationnelle que de promouvoir un système décisionnel démocratique.

L'ordre administratif promulgué par Bahá'u'lláh exige des institutions élues qu'elles stimulent le développement et l'exercice de ces facultés. Cependant, pour les aider à satisfaire ces exigences, des institutions complémentaires ont été mises en place chargées de conseiller, d'encourager et de soutenir à la fois les membres de la communauté bahá'íe pris individuellement, et ses organes élus. Ceux et celles qui accomplissent ce service fondamental, sont choisis d'après l'excellence à laquelle ils sont parvenus grâce à une vaste expérience, de la sagesse, de la maturité et d'autres qualités personnelles particulières.

Leur nomination dote ainsi la communauté bahá'íe d'un groupe d'individus présentant une grande diversité, qui insufflent de l'enthousiasme dans l'application des enseignements de Bahá'u'lláh à la vie quotidienne. Bien que ne bénéficiant d'aucun pouvoir décisionnel, ces serviteurs distingués de la Foi sont assurés que leurs conseils contribuent de manière essentielle à modeler la vie de la communauté bahá'íe.

Les membres de ces institutions nommées, loin de former une caste ecclésiastique, sont appelés à servir pour des périodes déterminées, reprenant leurs places de membres ordinaires de la communauté à la fin de leur mandat. Ils n'ont aucune fonction cléricale, ni aucun pouvoir pour interpréter les enseignements bahá'ís, même s'il est vrai que leurs opinions et leurs sentiments sont respectés tant par les croyants que par les conseils administratifs.


Prise de décision collective

Fondé sur un ensemble commun de principes électoraux et consultatifs, le système bahá'í de prise de décision communautaire tourne autour d'une séquence de consei ls d'administration librement élus. Cette hiérarchie délègue la prise de décision à l'échelon le plus bas possible -- constituant ainsi un instrument unique de démocratie locale -- tout en permettant un niveau de coordination et de pouvoir propice à une coopération à l'échelle mondiale.


L'Assemblée locale

L'Ordre administratif bahá'í repose sur l'Assemblée spirituelle locale, élue chaque année dans toute communauté comptant au moins neuf Bahá'ís adultes. Il est intéressant de décrire d'une façon quelque peu détaillée le fonctionnement de l'Assemblée spirituelle locale car elle présente des caractéristiques qui se retrouvent aux niveaux national et international.

Le champ d'action de l'Assemblée spirituelle locale est défini par les frontières municipales établies par le gouvernement. En d'autres termes, tous les Bahá'ís qui vivent dans la circonscription d'un village, d'une ville, d'une métropole, d'une paroisse ou d'un district particuliers sont considérés comme relevant de la juridiction de l'Assemblée spirituelle locale de cette circonscription.

L'Assemblée spirituelle locale est élue chaque année à scrutin secret. En avril, tous les Bahá'ís adultes de la communauté se rassemblent pour procéder à l'élection. En cas d'empêchement, ils sont invités à donner leur vote par correspondance. Après un moment de prière et de recueillement, les participants écrivent les noms des neuf personnes qui leur semblent les plus qualifiées pour administrer les affaires de la communauté.

Les qualités que doivent posséder ces individus sont clairement énoncées dans les Ecrits de Bahá'u'lláh. Les électeurs ne doivent inscrire que "les noms de ceux qui au mieux peuvent cumuler les qualités indispensables de loyauté à toute épreuve, de dévouement désintéressé, d'esprit large, de raisonnement clair, de savoir-faire reconnu et de mûre expérience".

L'aspect le plus surprenant de ce processus est l'absence de liste électorale - ou d'un système quelconque de candidature. En effet, chaque adulte de la communauté bahá'íe peut être élu à l'Assemblée spirituelle locale.

Pour être élu, il n'est pas nécessaire de recueillir la majorité; ce sont les neuf individus qui ont enregistré le plus grand nombre de voix qui sont sélectionnés. Comme tout le monde est éligible, l'élection peut se faire en conscience dans une totale liberté de choix.

Ceux dont la maturité, l'expérience et l'humilité sont reconnues ont donc plus de chances d'être élus que ceux qui pourraient tirer vanité de cette élection ou administrer les affaires pour leur propre profit.

Bien que ce système soit tout à fait original, il est, en pratique, étonnamment efficace. Le principe du système électoral bahá'í est de mettre sur le devant de la scène des responsables désintéressés, possédant des capacités intellectuelles et une certaine sagesse.

A l'heure actuelle, les Assemblées spirituelles locales gèrent toute une série d'activités qui constituent l'essence de la vie communautaire bahá'íe : éducation des enfants, services d'entraide, classes, discussions, manifestations sociales, célébration des jours saints, mariages, divorces et services funéraires. Nombre d'Assemblées spirituelles locales s'occupent également de petits projets de développement dans les domaines de l'éducation, de l'économie ou de l'environnement.

Les Assemblées spirituelles locales s'occupent également de la Fête des dix-neuf jours qui, comme nous l'avons indiqué, est la clé de voûte de l'activité de la communauté. Et, bien que l'Assemblée soit en définitive le dernier échelon de la prise de décision, la Fête fournit à la base une occasion importante de participation. 

Les institutions d'orientation jouent un rôle important en aidant et en encourageant la prise de décision collective, tout autant que lorsqu'elles encouragent les croyantsi à titre individuel. Tirant parti de leur mûre expérience, les membres de ces organes de soutien prodiguent des conseils en attirant l'attention sur les principes contenus dans les écrits bahá'ís et sur un éventail d'actions alternatives qui ont été tentées avec succés dans des situations similaires. Les Assemblées Spirituelles Locales conservent leur droit quant à la décision finale à prendre sur les questions en cours d'examen, un droit qu'elles exercent dans la confidentialité de leurs propres délibérations.  Suivante


"Extrait de la brochure Les Bahá'ís, publiée par la Communauté Internationale  Bahá'íe".


Précédente  |  Vers le haut   |  Suivante

Le site miroir de la revue Les Bahá'ís


Le siège de la Maison Universelle de Justice sur le mont Carmel, Israël.

Réunion d'une Assemblée spirituelle locale aux Philippines.


 

 

 

 

© Depuis 1997 www.bahai.com

Merci de votre visite