Retour à www.bahai.com

1- 800 - 22 - UNITE

Pour plus d'information sur la Foi Bahá'íe aux Etats Unis

Bienvenue à la  revue LES BAHÁ'ÍS-- hébergé par www.bahai.com

Un regard sur la Communauté Mondiale de la Foi Bahá'íe

Précédente Accueil Suivante


A propos de :

La Revue Les Bahá'ís


Accueil :
Page de Couverture

Sommarie : Sommario
bullet.gif (837 bytes) Les Bahá'ís
bullet.gif (837 bytes) L'Unité dans la
diversité
bullet.gif (837 bytes) Bahá'u'lláh
bullet1.gif (837 bytes) Religion, éthique et
société
bullet1.gif (837 bytes) Les principes
spirituels
bullet1.gif (837 bytes) Un système 
d'organisation
mondiale
bullet1.gif (837 bytes) Le chemin parcouru
en un siècle
bullet1.gif (837 bytes) Vieux problèmes et
solutions nouvelles
bullet1.gif (837 bytes) Vers un nouvel ordre
mondial

Le paradis, l'enfer et l'approche bahá'íe de la vie après la mort

Comme dans les autres religions, l'idée que se font les Bahá'ís de la vie après la mort est profondément liée aux enseignements sur la nature de l'âme et sur le but de la vie sur terre. Bahá'u'lláh a confirmé l'existence d'une âme distincte et raisonnable. Dans cette vie, dit-il, l'âme est reliée au corps physique. Elle donne la vie au corps et est notre moi réel.

Bien que non détectable par des moyens physiques, l'âme se décèle à travers les traits de caractère qui différencient chaque être humain. C'est d'elle que rayonnent l'amour et la compassion, la foi et le courage et d'autres qualités "humaines" qui ne s'expliqueraient pas si l'être humain était uniquement assimilé à un animal ou à une machine organique sophistiquée.

L'âme ne meurt pas ; elle est éternelle. Lorsque le corps meurt, l'âme est libérée de ses liens physiques avec ce corps et avec le monde qui l'entoure, et elle commence progressivement son voyage à travers le monde spirituel. Les Bahá'ís pensent que le monde spirituel est le prolongement intemporel de notre propre univers - et non pas un lieu physiquement éloigné ou transplanté.

L'entrée dans l'au-delà peut nous procurer une grande joie. Bahá'u'lláh compare la mort à la naissance. Il explique: "Le monde de l'au-delà est aussi différent du monde d'ici-bas que celui du fœtus dans le sein de sa mère."

L'analogie avec le ventre maternel résume à bien des égards ce que pense Bahá'u'lláh de l'existence sur terre. Tout comme le ventre maternel est important pour le développement physique d'un être humain, le monde physique est la matrice du développement de l'âme. De ce fait, les Bahá'ís considèrent la vie comme une sorte d'atelier où l'on peut perfectionner et développer les qualités qui seront nécessaires dans la vie future.

"Sache, en vérité, que si l'âme de l'homme a cheminé dans les voies de Dieu elle se retrouvera dans la gloire du Bien-aimé." a écrit Bahá'u'lláh. "Par la vertu de Dieu ! elle atteindra un rang tel qu'aucune plume ne peut le décrire, ni aucune langue le mentionner."

En dernière analyse, le ciel peut être plus ou moins défini comme le rapprochement avec Dieu; l'enfer comme l'éloignement de Dieu. Chaque état est une conséquence naturelle des efforts ou du manque d'efforts individuels pour développer la spiritualité. La clé du progrès spirituel est de suivre la voie indiquée par les Manifestations de Dieu. Mais la nature exacte de la vie après la mort demeure un mystère. "La nature de l'âme après la mort ne peut pas être décrite", affirme Bahá'u'lláh.

Suivante:


"Extrait de la brochure Les Bahá'ís, publiée par la Communauté Internationale  Bahá'íe".


Précédente  |  Vers le haut   |  Suivante

Le site miroir de la revue Les Bahá'ís



 

 

 

 

© Depuis 1997 www.bahai.com

Merci de votre visite